LES HEURES DORÉES
6 conseils pour en tirer le maximum
Pris avec EF 70-200mm f/2.8L IS II USM
Ouverture f/5.6 vitesse 1/4000 iso 800
Pris avec EF 70-200 f/2.8L IS II USM + 2x III
Ouverture f/8 vitesse 1/1600 iso 400
Pris avec EF 70-200mm f/4L IS USM
Ouverture f/4 vitesse 1/80 iso 3200
Pris avec EF 70-200 f/2.8L IS II USM + 2x III
Ouverture f/7.1 vitesse 1/1000 iso 800
Pris avec EF 70-200mm f/2.8L IS II USM
Ouverture f/2.8 vitesse 1/1250 iso 3200
L’heure dorée est la période chouchou des photographes de paysage. La lumière devient de miel et le panorama semble emprunter des airs de conte de fée, surtout le matin. Elle offre plusieurs avantages : les ombres s’allongent, la lumière est moins dure et sculpte magnifiquement votre sujet principal, enveloppant le tout d’une ambiance chaude et feutrée.

L’heure dorée se présente une heure après le lever du soleil, ou une heure avant son coucher. Mais vous pouvez étirer cette durée sur deux heures – vous bénéficierez ainsi d’une lumière exceptionnelle et profiterez d’une heure supplémentaire pour réaliser vos clichés.
1. CONNAÎTRE LA PÉRIODE DE L’HEURE DORÉE
Selon votre emplacement géographique, l’heure dorée variera. De plus, si vous êtes situés plus au Nord, l’heure dorée sera de plus longue durée que si vous habitez près de l’équateur. Par ailleurs, si vous allez en voyage dans le Sud, vous remarquerez que le soleil se couche plus tard que dans les régions de l’hémisphère nord.

Que vous soyez en voyage ou à la maison, consultez un site internet comme Ephemeris pour vous aider à déterminer l’heure à laquelle le soleil se couche et se lève. Vous pourrez ainsi préparer vos sorties photo en conséquence. Les saisons auront également une incidence sur la période de l’heure dorée.

Note : L’hiver (surtout dans les régions au Nord), vous aurez l’impression de bénéficier d’une lumière plus douce toute la journée car le soleil est plus bas sur l’horizon. Néanmoins, l’heure dorée a un cachet particulier que vous ne retrouvez pas au milieu de l’après-midi.
2. SURVEILLER LA MÉTÉO
Les conditions météorologiques auront une incidence directe sur l’heure dorée. Une journée grise vous privera de cette heure magique. À l’inverse, un ciel libre de tout nuage diffusera une belle lumière sur le paysage, mais les couleurs du coucher seront anémiques. L’heure dorée ne sera pas aussi spectaculaire et les effets escomptés seront plutôt mitigés.

Note : Si vous considérez photographier le coucher ou le lever du soleil, sachez que la présence de nuages est préférable, afin de recueillir la teinte vermillon qui se reflète sur leur substance gazeuse.

Voici un site internet à consulter pour connaître les conditions météorologiques, Intellicast : si le ciel est couvert à 50 %, vous avez de bonnes chances d’obtenir des couleurs intéressantes. Ce site toutefois est à titre indicatif, si les prévisions indiquent un ciel couvert à 90 %, vous pouvez sans doute remettre à plus tard votre sortie photo. Ceci vous permet d’estimer à l’avance ce qui se produira, par contre, ce n’est pas une science exacte. On ne sait jamais ce que mère Nature nous réserve. Une petite éclaircie sur l’horizon, et hop, vous obtiendrez une photo mémorable. Il ne suffit que de quelques minutes…
3. L’IMPORTANCE DU REPÉRAGE
Arriver sur un site inconnu et espérer faire des clichés inoubliables repose passablement sur le hasard. Il est préférable de vous rendre sur place quelques heures avant l’heure dorée, voire la journée précédente, afin de vous familiariser avec ce nouvel environnement.

Vous pourrez ainsi repérer les bons spots, localiser les éléments à intégrer en avant-plan et "voir" où se couche (ou se lève) le soleil. De plus, si vous devez vous rendre à pied à votre emplacement, vous pourrez calculer le temps que cela vous prend pour atteindre votre destination.
4. ARRIVER TÔT !
Même si, en théorie, l’heure dorée s’écoule pendant une heure, parfois moins, rien ne vous empêche de prolonger cette période, et de profiter de la lumière unique qu’elle prodigue. Si vous désirez exploiter ce moment particulier, n’hésitez pas à arriver plus tôt. Le matin, vous pourrez assister aux couleurs de l’aurore (voir photo ci-dessus).

Le soleil, plus bas sur l’horizon, projette une lumière rasante et inonde le paysage d’une atmosphère feutrée. Les éléments enveloppés d’un liseré doré offrent une occasion originale pour la création de photos artistiques. Si le cœur vous en dit, vous pourriez jouer avec les rayons du soleil et laissez les flares enjoliver vos images.

Note : À cette heure, l’astre descend vite, et si vous êtes à proximité d’une forêt (ou d’une montagne), vous perdrez cette précieuse lumière. D’où l’importance d’un bon repérage. Songez à devancer l’heure dorée pour bénéficier de la belle lumière. Et plus vous êtes près de l'équateur, plus vite le soleil se lève ou se couche. Ce qui réduit le temps de réaction.
5. CHOISIR LA BONNE BALANCE DES BLANCS (BDB)
Pour conserver les tons chauds reliés à ce moment de la journée, il est impératif de choisir la bonne balance des blancs. Le mode automatique de votre appareil rendra les couleurs froides, tirant vers le bleu, alors que l’on souhaite préserver les teintes chaudes. Réglez votre BDB sur "lumière du jour", ou encore sur "ombre" pour obtenir des scènes plus fidèles à la réalité.

Astuce : Si votre image comporte des zones à l’ombre et un ciel ensoleillé, et que vous photographiez en RAW, il est parfois astucieux de traiter votre image en deux étapes : une première fois avec la balance des blancs correspondant aux parties à l’ombre (pour maintenir les tons chauds) et la seconde fois pour calibrer le ciel exposé à la lumière du jour (conservant ainsi les tons de bleu). Ensuite, vous combinez les deux images à l’aide de masque dans Photoshop.
6. BIEN ÉQUILIBRER L’EXPOSITION ENTRE LE CIEL ET LE SOL
Même si la lumière est exceptionnelle durant l’heure dorée, il reste que l’écart entre les hautes lumières et les ombres est parfois considérable. Si vous photographiez en RAW, vous serez en mesure d’apporter les modifications nécessaires en post-traitement, soit déboucher les ombres ou diminuer l’intensité des hautes lumières. Mission pratiquement impossible avec un fichier JPEG.

Vérifier votre histogramme et faire du bracketing, afin de capturer les informations sans brûler les hautes lumières, est une bonne habitude à prendre.

Note : Si votre ciel est beaucoup trop lumineux (voire surexposé) par rapport au sol, songez à utiliser un filtre neutre dégradé, la partie plus foncée du haut viendra se superposer au ciel et équilibrera la luminosité générale de votre composition.

Une autre alternative, est de réaliser deux expositions, une pour le ciel et l’autre pour le sol, traiter les images séparément et les fusionner dans un logiciel comme Photoshop.

CONCLUSION
Atoll Ookolhufinolhu (Maldives) 17 juin 2019 - 18h13
Atoll Ookolhufinolhu (Maldives) 17 juin 2019 - 18h13
Jamaïque - 10 octobre 2017 - 17h56
Lac de l'Abbaye - Jura - 6 mai 2018 - 21h00
Lac de l'Abbaye - Jura - 6 mai 2018 - 21h00
Lifou - Nouvelle Calédonie - 26 septembre 2014 - 05h52
Lifou - Nouvelle Calédonie - 26 septembre 2014 - 05h52
L’heure dorée offre de belles opportunités, il suffit d’arriver à temps. Le matin, vous devez vous lever tôt, surtout l’été, mais vous serez récompensé par ses brumes matinales et sa quiétude. Si, par contre, vous n’êtes pas un lève-tôt, pas de souci, les couleurs du soir ne vous décevront pas.

Ajoutez les rendez-vous de l’heure dorée à votre agenda. 😉 Bonne photo !
Jamaïque - 10 octobre 2017 - 17h56