Le Pérou, en forme longue la République du Pérou, en espagnol Perú et  
República del Perú, est un pays situé à l'ouest de l'Amérique du Sud.  
Entouré par l'Équateur, la Colombie, le Brésil, la Bolivie, le Chili et l'océan  
Pacifique, il est le troisième plus grand pays du sous-continent par sa  
superficie : 1 285 220 km². En juillet 2008, 29,1 millions d'habitants ont  
été recensés. Lima, une vaste aire urbaine de 9 millions d'habitants, est la  
capitale et la plus grande ville du pays.
Le système politique actuel repose sur la Constitution de 1993. Depuis  
2002, le Pérou a été divisé en 24 régions et un important processus de  
décentralisation a été mis en place. La principale langue parlée est  
l'espagnol, suivie du quechua et de l'aymara.
Il est membre de l'Organisation de coopération économique Asie Pacifique  
(APEC) et de la Communauté andine des nations (CAN). Le nuevo sol  
(nouveau sol) est la monnaie nationale péruvienne depuis 1991, en  
remplacement de l’inti.

Le nom Pérou dérive de Birú, dénomination d’un cacique qui vivait près de  
la baie de San-Miguel (Panama), au début du xvie siècle4. Lorsque des  
aventuriers espagnols les ont parcourus en 1522, les territoires du chef  
local étaient la partie la plus méridionale du Nouveau Monde. Les Indiens  
de la zone rapporteront quelques vagues informations sur l’existence d’un  
riche et lointain royaume5. Le nom est rapidement passé dans le langage  
courant de l’époque pour désigner un territoire légendaire situé tout au  
sud de l’isthme de Panama. Par la suite, Francisco Pizarro et ses hommes  
lors de l’occupation de l’Empire inca en 1532 emploieront le nom Pérou  
pour désigner les nouvelles terres conquises.
Le plus ancien document juridique attestant la dénomination Pérou est la  
Capitulation de Toledo rédigée en 1529. Dans ce texte, le roi Charles  
Quint concède les territoires à conquérir à Francisco Pizarro avec le titre  
de
"gouverneur de terres et provinces du Pérou et de la ville de Tumbes".
Les premiers documents historiques présentent diverses graphies du mot  
Perú : Virú, Berú ou Pirú. Durant quelques décennies, ces diverses formes  
coexistent et sont employées d’une manière interchangeable, parfois dans  
le même texte.

Géographie
Le Pérou occupe une surface de 1 285 220 km² et possède 2 414 km de  
côtes.
Le climat est tropical à l'est, désertique et sec à l'ouest. Ces déserts  
côtiers sont provoqués par la présence d'un courant océanique sud-nord,  
donc froid, qui remonte la côte Pacifique en bloquant l'évaporation et la  
formation de perturbations pluvieuses. Dans les Andes (chaîne de  
montagnes) le climat est tempéré à froid en fonction de l'altitude. Parmi  
les volcans importants, on trouve El Misti et Ubinas. Le Huascarán, qui  
s'élève à 6 768 mètres, est le point culminant du pays dans la Cordillère  
occidentale.
Parmi les ressources naturelles, on trouve le cuivre, l'argent, l'or, le  
pétrole, le minerai de fer, le charbon et les phosphates. La pêche  
constitue aussi une importante ressource naturelle ainsi que les fruits des  
arbres.
Le pays est sujet aux tremblements de terre. Les inondations et  
glissements de terrain sont dus au phénomène El Niño. Il existe une  
activité volcanique dans la zone volcanique centrale des Andes située au  
sud du pays.
On peut distinguer trois grandes zones naturelles :
la "costa" (côte) bordée par l'océan Pacifique, 60 % de population, 10 %  
de superficie ;
la "sierra" (montagne) 30 % de population, 30 % de superficie ;
la "selva" (forêt d'Amazonie péruvienne) 10 % de population, 60 % de  
superficie.

Hydrographie
Le versant oriental est principalement drainé par deux cours d'eau,  
l'Ucayali et le Marañón qui, après s'être rejoints, donnent l'Amazone. Les  
deux rivières captent la majeure partie des eaux du versant oriental de la  
Cordillère des Andes, traversent ensuite la selva péruvienne avant de  
confluer.
Sur le versant occidental, se trouve le bassin de l'océan Pacifique, où  
viennent se jeter toute une série de petits fleuves descendus des hauteurs  
de la Cordillère. Parmi ceux-ci, l'un retient particulièrement l'attention, le  
Río Rímac, considéré comme l'un des fleuves les plus importants du  
Pérou, non par son débit d'eau — relativement faible — ni par la taille de  
son bassin, mais parce qu'il approvisionne en eau et électricité la  
métropole de Lima, où se concentre plus du tiers de la population du pays  
(10 millions d'habitants à Lima sur 28 millions au Pérou).  
L'approvisionnement en eau de la capitale péruvienne est un des  
problèmes critiques que les autorités ne sont pas parvenues à résoudre  
au cours des dernières décennies, et chaque jour il devient — avec  
l'explosion démographique — plus aigu, nécessitant de fréquentes  
coupures dans la distribution de l'eau.
Au sud, un troisième bassin, celui du Lac Titicaca, le plus vaste lac  
d'Amérique du Sud et le plus haut lac navigable au monde, perché entre 3  
600 et 4 500 mètres d'altitude sur les plus hauts plateaux andins, entre  
Pérou et Bolivie, draine les eaux de quatre bassins : le lac Titicaca (T), le  
fleuve Desaguadero (D), le lac Poopó (P) et le salar de Coipasa (S). Ces  
quatre bassins constituent le système TDPS, qui s'étend sur près de 140  
000 km².